Schizophrénie - Quelle prise en charge?

Dans le cadre de ma consultation, j'accueille et prends en charge les patients souffrant de schizophrénie ainsi que leurs proches et notamment leurs familles.

 

La prise en charge psychothérapeutique de la schizophrénie comprend entre autres:

  • La mise en place d'un cadre rassurant et contenant
  • L'écoute empathique et sans jugement du vécu du patient
  • Un soutien dans la verbalisation et dans la compréhension des affects, des émotions et de l'angoisse
  • L'accueil des proches (la thérapie familiale peut être particulièrement indiquée)
  • La psychoéducation (discipline spécialisée en prévention et en intervention dans le domaine de l'inadaptation psychosociale)
  • Une aide à la réinsertion
  • Une aide à l'orientation

 

La prise en charge s'effectue le plus souvent en collaboration avec d'autres professionnels, l'approche pluridisciplinaire ayant montré de meilleurs résultats thérapeutiques. 

 

La spécificité de la prise en charge psychothérapeutique réside dans la continuité de l'accompagnement apporté au patient durant la maladie. La schizophrénie entraînant souvent d'importantes turbulences dans la vie du patient (hospitalisations, ruptures relationnelles, changements familiaux, etc.), il lui est particulièrement bénéfique de trouver, en son Psychologue, un référent stable et rassurant qui pourra l'accompagner et le guider tout au long de son cheminement. Ce référent, fort d'une expertise et de plusieurs années d'expérience, pourra comprendre son vécu et ses difficultés. 

  • Il s'agira donc pour moi,de soutenir mon patient dans la traversée de cette expérience singulière, d'apaiser son angoisse et de l'aider à mettre en place un rapport satisfaisant au réel.
  • Je rechercherai toujours à comprendre quelles émotions sont impliquées dans les troubles.
  • J'aiderai par ailleurs mon patient à remettre en cause ses certitudes (les convictions délirantes) et à accepter l'ambigüité et le doute comme des dimensions tolérables de la réalité.
  • Les proches, et notamment la famille, apparaissent comme d'indispensables relais dans la prise en charge. Nous pourrons éventuellement décider de la mise en place d'une thérapie familiale.
  • J'ajoute, pour conclure, qu'il est recommandé de consulter le plus tôt possible dès l'apparition des premiers signes (repli, décrochage scolaire, bizzareries comportementales, idées délirantes, etc.)

 

Plus nous interviendrons de manière précoce, meilleures seront nos chances d'enrayer l'évolution des symptômes.

 

Laure Fillette
Psychologue Psychanalyste à Paris 6